Navigation – Plan du site
Spectacles
Créations régionales

La Machine infernale

d’après J. Cocteau, mise en scène J.-R. Bouvret
T.U.F.C. et Jean-René Bouvret
p. 13-14

Notes de la rédaction

Production Espace Planoise-Manches à balais Korporation, octobre 1991

Texte intégral

La Machine infernale.

Photo Yves Perton.

1T.U.F.C. : Pourquoi avoir choisi de monter cette pièce de Cocteau, La Machine infernale ?

2J.-R. B. : Les grands mythes fondateurs de la société occidentale m’ont intéressé. Cocteau a entrepris de retrouver l’esprit de la tragédie grecque et a établi des correspondances entre elle et la lecture moderne. Il a adapté La Machine infernale en 1934, inspirée du mythe d’Œdipe et de son tragique destin qui le poursuit inexorablement.

Impressions

3Le texte de Cocteau est écrit dans une langue quotidienne, banale. Jean-René Bouvret a pris le parti d’une mise en scène très construite inspirée par le mouvement Bauhaus, né en Allemagne, après la première guerre mondiale, et par le constructivisme russe. Cette scénographie mécanique accentue le côté inéluctable du destin d’Œdipe. La mise en scène tend des lignes horizontales croisées dans l’espace désignant ainsi les liens entre les protagonistes de l’action. Chaque personnage est caractérisé par une marionnette qui a sa géométrie propre. À titre d’exemple, les soldats sont représentés par des figures simples indiquant une fonction plutôt qu’une psychologie primaire. Jocaste se signale par des rondeurs plus féminines. Œdipe évoque une forme plus humaine avec davantage de possibilités, signifiant ainsi une personnalité plus complexe.

4Toutes ces marionnettes sont actionnées à l’aide d’un manche et marquent la volonté de distanciation souhaitée par le metteur en scène. Le dispositif accentue le côté implacable du destin qui poursuit son chemin et qui doit s’accomplir.

5Une séquence se détache plus précisément de l’ensemble du spectacle : celle du rêve. Ici, les marionnettes changent de dimension : elles se rapetissent et se projettent en ombres chinoises sur le mur. On assiste là à un moment très poétique.

6Les couleurs fondamentales de ce décor et des costumes sont le blanc essentiellement avec des touches de noir et des ponctuations de rouge (écharpe de Jocaste, drap du rêve…).

7La musique de Gilbert Henry, entêtante, obsédante, grinçante est celle d’un tango qui se dérègle et ajoute au malaise ressenti et à l’angoisse de ce que le spectateur pressent. Ce dernier assiste impuissant au déroulement d’un film dont il sait l’issue tragique.

Haut de page

Table des illustrations

Légende La Machine infernale.
Crédits Photo Yves Perton.
URL http://coulisses.revues.org/docannexe/image/1706/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 712k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

T.U.F.C. et Jean-René Bouvret, « La Machine infernale  », Coulisses, 5 | 1992, 13-14.

Référence électronique

T.U.F.C. et Jean-René Bouvret, « La Machine infernale  », Coulisses [En ligne], 5 | Hiver 1992, mis en ligne le 04 juillet 2017, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://coulisses.revues.org/1706 ; DOI : 10.4000/coulisses.1706

Haut de page

Droits d’auteur

Coulisses

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Franche-Comté
  • Logo Université de Franche-Comté
  • Revues.org