Navigation – Plan du site
Dossier

H20, Madame, de la rue piétonne à la mer d’Aral

Isabelle Drouot
p. 31-32

Texte intégral

1Rue piétonne à Besançon, mercredi 26 juin 1991, des larmes ont rejoint la chaîne de l’eau qui doit faire renaître la mer d’Aral.

H20, Madame : photo P. Dery, Hull collège, Québec.

2Il faut prendre conscience de l’irrémédiable. La détresse de ces femmes est assez immense pour couvrir le monde, le message qu’elles veulent insuffler à tous les peuples est universel et transcende les frontières. Il ne peut laisser indifférent car la tragédie qui se joue là-bas, à quatre jours de train, est aussi la nôtre.

3Les Taschkent ont fait souffler un vent de révolte en tous ceux qui ont pris le temps d’en perdre un peu. Ces saltimbanques dérisoires et fiers, dans leurs costumes resplendissants de simplicité, derniers lambeaux d’une terre condamnée, nous livrent un message bouleversant : l’eau, source de vie se tarit. Sa disparition ouvre les portes de la mort et le retrait des flots découvre une terre brulée.

H20, Madame : photo P. Dery, Hull collège, Québec.

4La bêtise destructrice est partout. Sans un mot, en un cri, par le langage des images et l’émotion du geste, ces combattantes victimes lancent l’avertissement…

5A nous de saisir, de le transmettre, de créer un fleuve planétaire qui reconduise vite l’eau où l’homme l’a détruite ; après il sera trop tard… Mais si l’eau est chère à ce peuple fantôme, elle l’est de même pour certains « pauvres » résidents de la rue piétonne pas trop concernés, semble-t-il, et qui, pour beaucoup d’entre-eux, refusèrent les quelques litres et le petit dérangement qu’a dû mendier la troupe de Taschkent.

6Et la tristesse est aussi chez nous, mais pas dans le spectacle cette fois. La scène se passe sur le pallier d’une convenable habitante ou d’un honorable docteur de la rue : Peut-on brancher un tuyau sur un robinet c’est pour… et la porte claque sèchement. Encore des mendiants ! Sans parler des employés de bureau, qui, pour ne pas rester quinze minutes de plus dans leur lieu de travail, refusent obstinément le branchement et reviennent sur l’accord préalablement donné. Et pourtant ils étaient aux premières loges ! Et voilà que, sans la volonté de certains autres voisins bénis, la somme immense d’énergie qu’il a fallu déployer pour que le spectacle soit donné a manqué d’être anéantie.

7Enfin le bonheur du spectacle, c’est lorsque la conscience déclenche l’action. C’est la mobilisation pour que le spectacle ait lieu malgré tout et pour que l’eau devenue parole puisse faire jaillir son appel. Et tout le public adhère au canal, porte le flot qui doit faire renaître la mer d’Aral qui agonise…

8Ainsi la révolte contre la mort de l’eau, c’est aussi celle envers la mesquinerie, la cécité d’âme qui refuse de considérer l’ampleur du désastre qui se joue là-bas… pour l’instant.

Haut de page

Table des illustrations

Légende H20, Madame : photo P. Dery, Hull collège, Québec.
URL http://coulisses.revues.org/docannexe/image/1719/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Légende H20, Madame : photo P. Dery, Hull collège, Québec.
URL http://coulisses.revues.org/docannexe/image/1719/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 498k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Drouot, « H20, Madame, de la rue piétonne à la mer d’Aral », Coulisses, 5 | 1992, 31-32.

Référence électronique

Isabelle Drouot, « H20, Madame, de la rue piétonne à la mer d’Aral », Coulisses [En ligne], 5 | Hiver 1992, mis en ligne le 04 juillet 2017, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://coulisses.revues.org/1719 ; DOI : 10.4000/coulisses.1719

Haut de page

Droits d’auteur

Coulisses

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Franche-Comté
  • Logo Université de Franche-Comté
  • Revues.org